Artelio

accueil > Scènes > article




 

Motion & Motion, une collection d’instants

La compagnie les Souliers rouges prépare un nouveau spectacle, La femme squelette et autres histoires, dont la première aura lieu au théâtre de Fontainebleau le 24 novembre 2004. Souvenir du premier spectacle de cette toute jeune compagnie, créée en 2001 par Nadia Vadori, et l’occasion de s’interroger sur le corps de l’acteur...


Motion & Motion, création de Nadia Vadori est un spectacle à part au sein des créations théâtrales contemporaines. Il ne s’agit ni de théâtre au sens classique du terme, ni de danse, mais de "motion", c’est-à-dire de mouvement. On pourrait parler d’expression corporelle si cette désignation ne risquait de faire fuir à tort un certain nombre de spectateurs suspicieux ! Nadia Vadori enseigne cette discipline essentielle dans plusieurs conservatoires et écoles d’art dramatique. Marjorie Hertzog est une ancienne élève du conservatoire d’art dramatique Erik Satie et de l’ESAD. Cependant, ses autres partenaires ont eu des parcours assez hétéroclites, qui constituent certainement la richesse de la troupe elle-même.

Le début du spectacle annonce un long voyage intemporel à travers le rêve, la vie et l’amour : un journal s’enflamme, des allumettes craquent, flamme fragile qui dure à peine le temps d’évoquer un souhait, trois pour la fée qui passera par là.

La troupe hétérogène et talentueuse des "Souliers rouges" nous présente un spectacle hors norme, un étrange mélange de danse contemporaine, d’acrobaties, de mime, de chant... sans oublier quelques poèmes étonnants et justement prononcés, quelques phrases lancées sans hasard, piquant au vif l’imagination du spectateur. La parole touche parce qu’elle est succincte. Le corps émeut, fait rire aux larmes dans des contorsions étonnantes et d’une technique sans reproche. L’acteur est ici avant tout un corps, un récipient dans lequel est versé un texte qu’il s’approprie.

Le corps, si souvent enfermé dans un carcan au théâtre, est ainsi livré à lui-même, à l’image du spectateur qui interprète, avec ses mots et sa sensibilité, les mouvements très esthétiques et forts qui lui sont offerts. Un spectacle enchanteur. Une magie souvent perdue au sein de textes dits fondateurs et traités comme tels. Motion & Motion est le rêve d’enfants imaginatifs : un jeu de chaises ou d’élastiques, des parapluies qui tiennent sur la tête, l’échange de deux cœurs par de petites lampes phosphorescentes... au son d’une musique touchante créée par Amnon Béham et Philippe Orivel.

Ne cherchez pas un solide lien narratif ici, les duos et dynamiques de groupe s’entrecroisent selon le fil de notre propre imagination, laissant le public déconcerté devant un fou rire au goût amer. Lorsque la beauté du mouvement surgit, il faut accepter de se laisser porter au même rythme que lui et de rentrer dans son émotion interne et non pas seulement visible. En effet, Motion & Motion n’est pas juste un ballet humoristique, mais plutôt une expression vive des relations hommes/femmes : leurs amours, leurs ruptures ; leur force de conviction et leur pouvoir de séduction, leurs souffrances et leurs hésitations. C’est un mouvement de vies sociales, mais aussi de grande solitude, qui vous est présenté avec un regard ému et parfois très acerbe.

N’hésitez pas à consulter le magnifique site de la troupe, agrémenté de très belles photos.

par Pauline Beaulieu
Article mis en ligne le 2002