Artelio

accueil > dossier > Les univers de Lodoss > article




 

Entretien avec la traductrice des chroniques de Lodoss

Lodoss est un univers bien connu pour l’amateur français de japanime. Cependant, les mangas tirés de cet univers de Jeu de Rôle n’ont pas été véritablement lancés chez nous, sinon par la tentative éphémère de Delcourt avec l’excellent manga La Dame de Falis. Heureusement, Iscariote joue les séances de rattrapage, et nous propose Lodoss : les Chroniques du Chevalier héroïque. Rencontre avec Hieichan, qui traduit ce manga depuis l’Allemand pour notre plus grand bonheur !


(JPEG) Bonjour Hieichan, peux-tu te présenter aux lecteurs d’Artelio ?

Voyons voir, me présenter, ben je m’appelle donc Hieichan, je suis une étudiante en traduction anglais/allemand à l’ISTI à Bruxelles et je passe mon temps libre à traduire des mangas pour l’équipe de scantrad française Iscariote. Je suis aussi ce qu’on appelle une isca-secrétaire, comme Nyan. A part ça, ben j’ai 22 ans (très bientôt), je suis une jeune fille (humhum qui a dit une folle aux longs ongles !) et ben ça doit être tout.

Et nous dire comment tu en es venu à traduire les Chroniques du chevalier héroïque pour Iscariote ?

Comme je le disais, il y a presque deux ans de ça je suis arrivée chez Iscariote en tant que fan, avec l’envie de me joindre à l’équipe en traduisant de l’allemand le manga yaoi Bronze et Lodoss. Pour Lodoss ils étaient partants et pour Bronze rétissants mais ils ont fini par accepter :p. Je devais également m’occuper de l’édition à l’époque, ce n’est pas mon point fort mais bon. Un an plus tard j’en ai eu marre d’éditer alors que je me destinais à la traduction, et je suis aller réclamer haut et fort à mes patrons. Ils m’ont fait passer un test, et voyant qu’en fait je me débrouillais encore mieux en anglais (étant anglaise) ils m’ont donné pleins de trucs à traduire, et ont donné l’édition de mes projets à d’autres membres plus compétents.

Quelle a été l’histoire mouvementée de ce projet, qui semble être passé de mains en mains ?

Ben, en fait le projet a été un peu mouvementé et est passé par plusieurs version avant de revenir à la version d’origine, c’est à dire celle que j’avais faite. Franchement vous dire ce qui s’est passé vraiment je pourrais pas, mais quand on travaille pour une équipe grande comme Iscariote, c’est normal qu’il y ai parfois des situations bizarres. On est pas des pros quoi, on fait ça sur notre temps libre.

(JPEG)Qu’est-ce qui te séduit dans l’univers de Lodoss ? Et dans la série les chroniques du chevalier héroïque ?

Eh bien Lodoss, comme pour là plupart des fans de cette série je suppose, ça me séduit parce que c’est du Tolkien en manga. Le monde féérique des elfes, nains et autres créatures bizarres, les pouvoir magiques, les magiciens qui tournent mal etc. j’adore ça. Puis faut pas rigoler non plus, le design des personnages que ça soit en manga ou dans les anime, est superbe. J’ai des artbooks chez moi, dont un, le plus important de toute ma collection, qui regroupent ces dessins merveilleux, influencés par l’art nouveau, avec toute le légerté que cela inspire, un pur délice. Puis c’est une histoire assez complète aussi, aventure, combat, amour, et humour. Tout pour faire quelque chose de bien. Pour la légende du chevalier héroïque, j’étais à Vienne et je m’embêtais et oh miracle je suis tombée sur un boutique de mangas allemands, et il y avait cette série en six volumes, complète. Sérieusement les Allemands ont de bons titres, parce que pour trouver du Lodoss chez nous, on va encore attendre. Puis le héros peu sûr de lui, Spark, il me fait bien rire.

L’univers de Lodoss appartient au genre très codifié, et très occidental, de la fantasy : que penses-tu de la fantasy ?

Euh, ce que j’ai dit plus haut ? Je veux dire, je sais pas si c’est pareil pour tous les Anglais, mais moi, du fait que je suis anglaise j’ai été élevée à coup d’histoires de ce genre. Depuis que je suis petite je grandis dans le fantastique, tales of Narnia, Tolkien etc. (merci daddyyyy), naturellement ça reste une partie de moi. Ca fait toujours rêver les monde féériques. J’aimerais bien être une elfe gracieuse avec des pouvoirs pleins les poches. Enfin je me vois plutôt en elfe noire vu le caractère. C’est vrai c’est codifié, mais c’est tellement vaste que le code ne dérange vraiment pas, il guide. Les Japonais touchent à tout en matière de manga, ce n’est pas étonnant que la fantasy y passe aussi.

Et comment vois-tu le rapprochement entre la fantasy et les mangas ? Peut-on relier des oeuvres comme Berserk et Lodoss, toutes deux rattachées à la fantasy ?

Hum, le côté fantastique, et médiéval qui va souvent avec, est en effet un bon lien entre Lodoss et Berserk, mais je dirais que c’est le seul. Le style de l’histoire, lui, n’a rien à voir. Berserk est un histoire de pouvoir et de conquêtes sanglantes où un homme plus ou moins déjà mort fait tout pour survivre sans se soucier du monde autour de lui. Il est prêt à détruire son propre monde si nécessaire, et il est étonnant de constater que son "adversaire" est pareil. Lodoss est une histoire plus féérique, un groupe d’aventuriers qui s’en vont sauver le monde, c’est beaucoup plus LOTR [1]. Donc une fois de plus on peut dire que le manga ne s’arrête pas à une facette, il observe les différentes facettes de la fantasy.

(JPEG)On connaît surtout Lodoss pour la série de 13 OAV tirées du roman la légende de la sorcière grise, baptisés les Chroniques de la guerre de Lodoss, que penses-tu de cette adaptation ?

Très bonne, je l’ai encore regardée récemment, dommage que le son ne soit pas terrible sur le box dvd, mais l’histoire n’a pas trop vieilli. C’est toujours superbe à voir, et les musiques sont divines. Je regrette de ne pas avoir de mangas sous la main pour comparer. D’ailleurs je ne pourrais pas dire si le manga est venu avant l’anime ou l’inverse [2]. Mais on s’attache vraiment aux personnages, sauf que dans mon cas je m’attache plutôt à Pirotess et Ashram, je m’attache toujours aux méchants moi !

Les chroniques du chevalier héroïque qui se déroulent postérieurement aux chroniques de la guerre de Lodoss ont aussi été portées en anime : que penses-tu de cette version par rapport au manga que tu traduis ? A la fois pour le dessin, et pour le scénario ?

Le character design de la deuxième série est correct et la musique aussi mais je regrette un peu l’adaptation de l’histoire. Le manga n’est pas long, six volumes, et ils ont pourtant coupé certaines parties de l’histoire que je trouve essentielles, entre autres toute la partie faisant référence à l’elfe noir Jiba (voir chapitre 12, bientôt) qui a sa propre histoire à travers les bouquins. J’ai trouvé ça superbe, et il a carrément été supprimé dans l’anime. On voit un perso qui lui ressemble pendant dix secondes, et qui est humain. C’est tout. Par contre, vive les mini-lodoss [3], c’est un super délire. Et c’est chouette de voir comment Parn et Deedlit ont évolué. Je ne parlerai pas vraiment de l’histoire d’Orson avant, je dirais que c’est à part et qu’à la limite je ne vois pas pourquoi ils ont mis ça avec la deuxième série, même si j’aime bien cette histoire.

Les animés des chroniques de la guerre de Lodoss se caractérisent par un dessin très fouillé, mais une animation très particulière : qu’en penses-tu ?

Euhhh, joker ! Non je m’y connais pas assez je dirais, je suis fan de mangas papier plutôt, j’ai toujours trouvé l’animation de Lodoss superbe, mais je ne pense pas être en mesure de donner un bon avis dessus, je ne connais pas assez le sujet.

Quels sont les personnages de Lodoss qui te semblent les plus attachants, et pourquoi ?

Ahha !!! Je l’ai dit plus haut donc, ben comme toujours avec moi, c’est les persos les plus torturés qui gagnent la palme. Ashram, beau ténébreux, qui suivra Beld jusqu’à sa mort et reprendra le flambeau ensuite. Il est fier et noble, possède une dignité sans pareille même face à son destin maudit. Dans un sens j’admire le roi Kashew aussi pour ça. Pirotess parce que c’est la femme fatale qui comme son seigeur Ashram, restera fidèle jusqu’au bout.

Si on parlait un peu de Berserk ? Que penses-tu de l’univers de Miura Kentarô ?

Ah mon dieu, une révélation pour moi ce manga ! Un univers aussi dur et imptoyable mis en scène d’une telle manière. Le anti-héros parfait qui renie le reste du monde au profit de sa propre existence. Y a rien de plus beau, et si les bons combats et les conquêtes magistrales ça plaît aussi, alors c’est le manga parfait. Cet homme n’a rien, il grandit sans rien, puis la séconde où le sort lui accorde un peu de répit, un peu d’amour, il perd tout, et sa vie devient encore pire qu’avant, et lui il se relève et défie la mort elle-même. Il faut admirer Guts pour ça. Le monde de Miura est si complexe et torturé, et à la fois si simple, les forts battent les faibles, l’argent et le pouvoir règnent en despote. En plus il dessine comme un dieu. J’espère que la version de Glénat lui fera plus honneur que celle de Dybex. Franchement un must, même si c’est à éviter pour les plus jeunes.

Merci à toi Hieichan.


Lisez la traduction des Chroniques du chevalier héroïque, ou explorez son autre projet Bronze

par Pierre Raphaël
Article mis en ligne le 2 décembre 2004

[1] LOTR = The Lord of The Rings, abréviation courrament employée par les amateurs de Tolkien

[2] De fait, il y a tout d’abord eu un roman, d’où fut tiré l’anime, et un manga réalisé également à partir du roman

[3] Lodoss Island : épisodes bonus situés à la fin des épisodes des Chroniques du chevalier héroïque, qui mettent en scène les héros en SD (super deform)